12 août 2012

Le Circum-Baikal

Pour nos derniers jours en Russie et comme nous apprécions beaucoup la présence apaisante du Baikal, nous allons découvrir une autre facette du lac.

Baikal_map
A la fin du XIXe siècle, les ingénieurs du Transsibérien ont divisé le parcours de Moscou à Vladivostok en 7 sections. Entre Irkoutsk et Babushkin, 4 possibilités étaient envisageables. Plusieurs enquêtes ont permis de déterminer que la solution optimale longerait la rive gauche de l'Angara, le seul exutoire du lac, jusqu'au village de Port Baikal et qu'ensuite le voie suivrait la berge du Baikal jusqu'à son extrémité sud-ouest, à Slyudyanka. Le reste de la section est ensuite parallèle à la rive sud du lac jusqu'à Babushkin. C'est l'ensemble qu'on appelle Circum-Baikal (lien en anglais).

Depuis l'extrémité du lac vers l'est, le terrain ne pose pas de problème particulier. C'est cette portion que nous suivions il y a quelques jours. Les montagnes aboutissant en pente douce dans le lac et la construction n'a pas posé de problème particulier. En ce qui concerne la rive opposée par contre, le perçage d'une voie ferrée dans cette falaise abrupte est une véritable prouesse technique ! On parle d'un wagon de dynamite utilisée pour faire sauter la roche par kilomètre de voie. Le parcours de Port Baikal à Slyudyanka ne fait pas moins de 90km avec 33 tunnels, des viaducs et des ponts de moindre envergure et presque en continue de grands murs de soutènement. En 1904, la voie est encore en construction tandis qu'éclate la guerre russo-japonaise. Les ingénieurs optent alors pour achever une seule voie sur les 2 prévus et emploient jusqu'à 13 500 ouvriers (et prisonniers...). 

 DSC07149

Cette section du Transsibérien ne sera doublée qu'en 1914. Après la seconde guerre mondiale, avec les accidents récurrents, les autorités se rendent enfin compte des dangers que courent les trains sur cette section et les travaux indispensables et coûteux qu'il y a à réaliser. De plus un projet de barrage sur l'Angara doit noyer la portion de voie qui longe la rive gauche de la rivière, de Irkoutsk au lac. C'est donc une voie nouvelle qui est construite de Irkoutsk à Slyudyanka. Port Baikal perd alors tout son attrait de ville étape du Transsibérien pour redevenir un petit village de pêcheurs. La montée de 6m des eaux avec le barrage de l'Angara en 1956 en fait même un cul de sac au bout d'une ligne chaotique sans entretien. 

DSC07167 DSC07170

Aujourd'hui 4 trains par semaine continuent de desservir les petits villages de la ligne. Ils sont attendus avec impatience par les habitants qui conservent en leur mémoire le souvenir ému de l'époque où une cinquantaine de trains desservait quotidiennement leur hameau. Une bonne moitié des voyageurs fait le trajet pour la beauté des paysages et le coté touristique du parcours. Et une fois n'est pas coutume, nous en faisons partie ! On vous rassure notre objectif est de revenir en longeant à pied la voie ferrée jusqu'à Slyudyanka.

 

DSC07158   DSC07162

DSC07157   DSC07180

L'occasion pour nous de profiter pleinement de ce Baikal qui nous séduit tant, de nous baigner (qui a dit "se laver" ? A 13 degrés, on a du mal à faire mousser le shampoing !) une dernière fois et de faire à nouveau de magnifiques rencontres. Comme celle par exemple de Marina et Konstantin qui nous avaient déjà aperçus marcher sur la rive en face, à Tanhoy ! Ou alors ce vieux professeur de géodésie et géologie qui randonne comme nous sur la voie avec un matériel, hum, vieillissant... Pour une fois l'anticyclone semble bien installé et nous apprécions les paysages, la quiétude du lieu et les magnifiques bivouacs au coin du feu.

DSC07171 DSC07181

DSC07186   DSC07189

DSC07191   DSC07188

DSC07192 DSC07196

DSC07198 DSC07205

Posté par Julie Philippe à 06:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le Circum-Baikal

Poster un commentaire