07 août 2012

Les volontaires

Il est 15h dans le petit village de Tanchoy, sur la côte sud du Baikal. La nuit précédente a été bien pluvieuse et nos affaires sont étendues à même le sol pour sécher au maigre soleil. Nous dégustons un umul fumé quand quelques jeunes viennent nous aborder en anglais. Il s'avère qu'une fille parle même français et qu'ils sont des jeunes volontaires internationaux, en charge d'un chantier de nettoyage des berges du lac. Comme ils nous ont vu bien mouillés, ils souhaitent nous inviter à leur camp pour la nuit. Nous faisons donc tellement pitié ? Même si notre marche de la matinée a été plutôt tranquille avec 12 km, nous acceptons avec plaisir de rejoindre leur campement et d'échanger avec cette équipe multilingue et multiculturelle.

En arrivant au camp, on découvre la dizaine de volontaires d'une vingtaine d'années. Il y a des Russes qui ne parlent pas anglais, des Taïwanais qui ne parlent pas russe, des Sud-coréennes, un Allemand et donc 2 Français pour la soirée.

Nous sommes surpris de voir leur manque de moyens et d'organisation. Il n'y a par exemple qu'une casserole pour cuisiner, pas de vrai emplacement aménagé pour le feu, juste des bancs de planches, la hache est cassée... Tout ça nous semble un peu léger pour un chantier sensé durer tout l'été. Les volontaires sont-ils trop jeunes ou mal encadrés ? On comprendra plus tard que les volontaires ne restent que 2 semaines sur place puis sont remplacés. Il faut peut être comprendre par là le peu d'entrain qu'ils mettent à aménager la place. Le chantier en lui-même consiste principalement à ramasser les ordures accumulées sur les berges par des générations de pêcheurs du lac. Et la tâche est ardue car les autochtones ne semblent pas suffisamment sensibilisés aux problèmes environnementaux. Chaque nuit, les pêcheurs maintiennent leurs filets en place et repèrent les lieux de pêche à l'aide de bouteilles en plastique. Et bien sûr les plages en sont souillées. Si on ajoute la passion des Russes pour le camping et les soirées arrosées en bordure de lac, on vous laisse imaginer le dépotoir. C'est d'autant plus vrai ici que les vents dominants soufflent du nord et que les déchets s'accumulent au milieu des multiples bouts de bois amenés par les vagues.

Au final, nous restons dubitatifs sur l'intérêt de nettoyer 2 km de plages parmi les centaines de km de la périphérie du lac. Nous espérons que cette action agisse comme un électrochoc pour sensibiliser la population...

La soirée, dans une brume londonienne, est très sympathique autour du feu, nous échangeons nos divers expériences de voyage dans une réelle bonne humeur. Après nos mois de périple en Chine, la discussion avec des Taïwanais est entre autres extrêmement enrichissante. Pour la nuit, on nous prête même une tente double-paroi, le luxe absolu dans une atmosphère si humide !

DSC07141 DSC07143

Notre départ le lendemain matin semble une déchirure pour ces jeunes. On reçoit de multiples présents pour sceller notre amitié naissante et nous souhaiter bonne chance pour la suite. On leur souhaite bien du courage dans la noble tâche qu'ils se sont fixés et on reprend la route, ou plutôt la rive du lac, bien propre pour quelques hectomètres.

Posté par Julie Philippe à 13:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Les volontaires

Poster un commentaire