20 juillet 2012

Tutoyer les anges sous la yourte

Après le Naadam d'Oulan Bator, nous avons repris la route vers le nord, vers la frontière russe. Un coup de train de nuit pour refaire le chemin déjà parcouru et nous sommes à nouveau à la campagne. Pour des raisons de visa, nos jours en Mongolie sont comptés et nous souhaitons profiter au maximum de ce pays. Depuis 2 mois que nous arpentons ses pistes, ce pays est pour nous un territoire de randonnée connu. Nous savons où trouver l'eau et où planter notre tente dans les meilleures conditions. Après une belle journée de marche, nous trouvons un bivouac bien à l'ombre du soleil du lendemain et nous dégustons une délicieuse compote de rhubarbe sauvage.

DSC06769   DSC06777

DSC06775   DSC06770

Au réveil, la météo est clémente et nous partons plein d'entrain pour tracer la route... jusqu'à ces deux yourtes.

DSC06779

Car à partir de là, tout s'enchaîne. On nous propose un tsai puis quelques fromages à grignoter, des petits beignets et l'ambiance est très détendue. On comprend qu'il y a là la grand-mère, 3 couples et leurs enfants, tous de la même famille. Certains habitent ici, d'autres viennent de la ville pour les vacances et repartent ce soir. Une invitation classique donc... jusqu'à ce qu'une jeune fille revête un manteau étrange, plein de tresses de tissu. Elle enfile également une coiffe ornée de plusieurs plumes et qui lui masque pratiquement les yeux. Elle porte des belles bottes richement décorées qui dénotent avec celles des autres membres de cette grande tribu. On nous explique alors à notre stupéfaction que cette jeune fille de 19 ans est une "boo", une prêtresse et que nous allons assister à une célébration chamanique !Tous les participants se déchaussent, les femmes à l'est de le yourte et les hommes à l'ouest. On rabat l'ouverture du haut de la yourte pour faire l'obscurité. La prêtresse prend un gros tambour à bras le corps et se met à frapper frénétiquement, pour rentrer en transe après quelques minutes. Elle a quelques convulsions puis se calme et s'assoit sur une pile de tapis. Elle demande alors à chacun de venir s'agenouiller devant elle pour une sorte de bénédiction qui se fait en reniflant la nuque et les tempes du dévot. On comprend que les membres de la famille qui ne sont que de passage sont à l'honneur au cours de cette cérémonie. Un dialogue s'installe entre la chamane et ses ouailles. Les différentes voix qui sortent de la gorge de la prêtresse nous font croire à des contacts avec certains esprits qui auraient été invoqués.

DSC06784 DSC06785

Périodiquement et sur sa demande, on donne à boire du lait ou de la vodka à la chamane. Elle boit alors ou rejette la coupelle et son contenu sur l'assistance, sans raison apparente. Plusieurs fois, des petits bols sont envoyés à travers la yourte et les participants doivent se prosterner, chacun devant sa coupelle puis la ramener au pied de l'officiante. A notre tour, on doit boire quelques centilitres de vodka et nous agenouiller. Nous nous prêtons avec joie à ce cérémonial, tout heureux d'être ainsi invité à ce que les Mongols ont de plus intimes, leurs croyances. L'épisode suivant est une sorte de châtiment que chacun reçoit sur le dos, donné par la chamane avec un gourdin chargé de métal qu'elle porte à la ceinture. Le coup est rude mais peu douloureux. Là encore, nous acceptons ces 3 flagellations pour le plaisir de la découverte culturelle.

La cérémonie touche à sa fin et nous sommes tour à tour béni une nouvelle fois, puis la jeune fille tambourine et redevient "elle-même". Le total a quand même duré près de deux heures dans la pénombre de la yourte close. Quel honneur pour nous d'avoir pu assister à cette séance, même si nous n'en comprenons pas tous les tenants et aboutissants.

 DSC06783   DSC06825

DSC06824   DSC06810

Après une telle émotion, nous acceptons le déjeuner auquel on nous convie. En fait, il s'agit de "boots" de foie frais, cuits à la vapeur. Chacun les mange assis par terre dans la yourte, en toute simplicité. Bientôt les citadins vont repartir et nous pensons prendre congé à ce moment là. Mais on nous retient encore et l'hospitalité nous est proposée pour la nuit. Riches de cette initiation, nous acceptons avec joie. La fin d'après midi est une succession de moments de détente et de nouvelles expériences. Julie participera à la traite et se fera faire les ongles (!), Philippe ira chercher de l'eau au puits sur un fougueux destrier. On joue tous ensemble au volley, également avec la chamane redevenue jeune fille, pleine de curiosité et d'immaturité. La nuit est agréable sous les yourtes mongoles et après un bol de tsai et quelques beignets, nous repartons le lendemain en direction de la frontière.

 DSC06829   DSC06833

 DSC06806 DSC06800

 DSC06788 

Posté par Julie Philippe à 06:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Tutoyer les anges sous la yourte

Poster un commentaire