24 juin 2012

Ulaan Baatar

1,7 hab au km² pour tout le pays et 1,5 millions d'habitants dans la capitale. Difficile de faire contraste plus saisissant qu'entre la campagne et Oulan-Bator. En arrivant du sud, nous avons vite été pris dans le trafic (démentiel), la pollution (catastrophique, surtout en hiver) et l'agitation qui règne dans la plus grande ville de Mongolie. 

Oulan-Bator, ou plutôt UB comme tout le monde la surnomme, des Mongols aux expats, est une ville déroutante pour le voyageur au long cours qui débarque du désert. Il y a au centre, autour du square dédié à Sukkbataar, un côté très occidental avec des nombreuses enseignes en anglais pour des pubs, des restaurants ou des boulangeries, les immeubles sont tout de verre et d'acier. On trouve des boutiques LV, Chanel ou D&G. C'est clairement le UB des nouveaux riches mongols avec leur gros Hummer et celui des expats de toutes nationalités, présents en Mongolie grâce au boom minier. La périphérie par contre est le repère des laissés-pour-compte, de tous ces anciens nomades qui ont perdu dernièrement leur cheptel et qui viennent gonfler la population des bidonvilles de yourtes sans eau et parfois sans électricité. 

photo (2)   photo (8) 

photo (10)

Nous avons eu la chance d'être reçu par 2 hôtes exceptionnels, irlandaise et australien, qui nous ont fait profiter de leur appart dans l'hyper centre et de tout le confort qu'on avait pu oublier depuis Beijing. Vous reprendrez bien un verre de vin avant le café ? (!) Ceci nous a permis de nous ressourcer après le Gobi et de recharger à fond les batteries. Pour un peu on s'encrouterait presque !

Nous avons visité la ville à notre rythme, profitant des opportunités de découvrir la culture mongole. Ce fut notamment le cas dans quelques musées et temples et au travers de spectacles de musique traditionnel et d'un défilé de mannequins. Nous avons également assisté à un ballet à l'Opéra National. L'un(e) d'entre nous a des commentaires à faire sur le niveau des musiciens de la fosse mais les danseurs étaient de très bon niveau et ce Lac des Cygnes était très plaisant. 

photo (1)  photo (9) 

photo (7)  photo (11)

photo (5)  photo (6)


Au final, nous restons dubitatifs sur le développement de cette ville. Les promoteurs immobiliers semblent avoir le bras long pour mettre les parcs du centre ville en chantier et construire des immeubles hors de prix qui risquent de ne pas trouver preneurs, quand la péripherie manque de tout et ne semble pas prise en considération. Et nous n'avons vu que l'été, tandis que l'hiver le mercure dégringole jusqu'à moins 40 et que dans les petits fourneaux des yourtes, ce sont toujours plus de bois, de charbon et d'autres détritus qui sont enfournés pour garder une température viable à ces nécessiteux. C'est là le principal contributeur à l'immense nuage noir qui cache l'horizon pour plusieurs mois. 

UB est également pour nous une étape importante de Next Steppe car nous allons nous séparer au moins provisoirement du Trollix. L'idée étant de revenir au portage "traditionnel" pour recouvrer plus de liberté dans les itinéraires. Nous avons reconnu le parcours et nous pouvons être autonome. Et comme il nous faut dans quelques semaines revenir dans un véhicule à UB pour récupérer nos passeports avec dedans un beau visa russe, on récupéra le Trollix à ce moment là. 

photo (3)  photo (4)


Posté par Julie Philippe à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Ulaan Baatar

Poster un commentaire